Cette semaine, ma collègue et moi avons donné les premières représentations de notre spectacle de marionnettes et théâtre d'ombres. Si vous me suivez sur ma page Facebook, vous en entendez parler chaque année, et vous avez même eu un aperçu de la fabrication des marionnettes et de la préparation ces dernières semaines. En une semaine et 4 représentations, nous avons eu 119 spectateurs, quelle fierté !!

Nous proposons un nouveau spectacle chaque année donc, mais la dernière fois que je vous en ai parlé c'était en 2015 (et je concluais l'article en vous disant que le spectacle suivant aurait lieu quelques mois plus tard et que je vous en reparlerais "bientôt" !!) J'ai les photos depuis deux ans sur ma clé USB, mais les trier, mettre en forme prend un temps fou... Aujourd'hui, je peux enfin vous montrer quelques images de notre spectacle 2016 ! (Ne désespérons pas, je vous parlerai peut-être de celui que nous jouons actuellement avant 2022... !)

Cette année-là, nous avons fait beaucoup de théâtre d'ombres et un peu moins de marionnettes. Nous n'inventons pas d'histoires, nous choisissons systématiquement des albums jeunesse. Le premier critère est que l'album nous plaise (!), le second, le nombre de personnages présents simultanéments sur une même scène : nous n'avons que 2 mains chacune ! ;-)

Cliquez sur les images pour les voir en plus grand, en particulier pour celles qui vous montrent des pages des albums !

Nous avons proposé Lapins aux carottes : une recette en dix étapes de Sylvain Diez aux éditions Kaléidoscope. L'album se présente comme une recette de cuisine, proposant un élément nouveau à chaque page. Le texte est simple mais efficace et humoristique. Nous avons utilisé des marionnettes du commerce, et projetions sur l'écran de notre structure les quantités annoncées pour chaque élément de la recette. En dehors du texte à apprendre, il n'y avait pas de grosse difficulté pour l'adaptation en marionnettes de cette histoire.

titre

 

lapin1

lapin2

 

 

Nous avons également raconté Perdu d'Alice Brière-Hacquet aux éditions MeMo. Un petit personnage est le narrateur de cette histoire, qui se déroule sur une semaine. Il rappelle étrangement le Petit Poucet : chaque jour, on essaie de le perdre, chaque jour, il sème quelque chose sur la route pour retrouver son chemin, mais ses essais ne sont pas forcément très concluants...

"Quand lundi on m'a emmené pour me perdre dans la foret, j'ai semé des fraises des bois... il y en avait des tas ! Pour retrouver mon chemin, ça m'a pris jusqu'au lendemain." / "Le mardi on m'a emmené pour me perdre dans la forêt, j'ai semé des bonbons au miel... qui ont tous fondu au soleil ! Pour retrouver mon chemin, ça m'a pris jusqu'au lendemain." Etc.

Nous avons utilisé notre écran pour projeter les images du livre, mais avons fabriqué de petites marionnettes à doigts que nous manipulions devant l'écran.

perdu1

perdu2

Pour chaque jour, il y a une couleur dominante et un motif graphique qui se répète. L'album est au format portrait alors que notre structure projette une image horizontale, j'ai donc eu pas mal de travail au niveau de la retouche des images, comme vous pouvez le voir sur ces images du dessus !

perdu3

L'album se termine avec cette très jolie chute : "Quand samedi on m'a ammené pour me perdre dans la forêt, j'ai semé des cailloux blancs... J'étais chez moi en un instant ! Alors ce dimanche que personne ne me dérange ! Je vais relire deux ou trois contes, ça peut servir à l'occasion.

 perdu4

 

Ensuite, du théâtre d'ombres. Cette fois, nous étions toutes les deux derrière notre structure. Nous avons scanné les images des albums et je les ai retouchées avec Gimp pour les mettre au bon format. Ensuite nous avons projeté ces images sur notre écran pour avoir un décor fidèle au livre, tandis que les personnages étaient découpés dans du papier noir et collés sur des batonnets en bois, pour former les ombres que nous faisons bouger sur l'écran.

Habituellement, je scanne les personnages des albums, je bidouille sous Gimp (encore et toujours !) pour les passer au noir et en obtenir des silhouettes. Cependant, pour l'album Cherche nounou de Meritxell Marti et Xavier Salomó (éditions Sarbacane), je n'ai pas pu faire ça : les personnages, des animaux, n'étaient pas suffisamment identifiables une fois passés complètement au noir. J'ai donc gardé la silhouette fidèle de la jeune femme, et trouvé d'autres images pour les animaux.

 cherche_nounou_couv

 

Et l'histoire, vous demandez-vous peut-être ? C'est une jeune femme qui passe une annonce : "cherche nounou". Plusieurs animaux passent un entretien, et, bien sûr, tiennent des propos qui nous font (sou)rire...

cherche_nounou1

C'est ainsi que le hérisson déclare : "Oh, mais je suis très doux ! D'ailleurs, j'adore les câlins !"

cherche_nounou2

 

cherche_nounou3

Finalement, c'est un poisson qui retient l'attention de la jeune femme...

cherche_nounou4a

C'est alors qu'on comprend que la "nounou" n'est pas recherchée pour un enfant... mais pour un chat ! Et le lendemain... la même jeune femme dépose une nouvelle annonce pour une nounou ! Humour noir garanti (et c'est très drôle !)

cherche_nounou5

 

Nous avons également raconté Le jour où le soleil a disparu de Nathalie Diéterlé (éditions Casterman)

jour_soleil_disparu

Cet album est vendu avec une petite lampe car des morceaux des pages sont découpés, il faut les soulever pour ensuite projeter une ombre et faire du théâtre d'ombres. Des photos seront bien plus parlantes :

jour_soleil_disparu_originaux

Nous avons à nouveau scanné toutes les images pour les retoucher et mettre au bon format (cette fois c'est ma collègue qui a tout fait !), puis nous avons reproduit les éléments destinés à être projetés en ombre pour les agrandir et poser sur des pics. L'une de nous lisait le texte tandis que l'autre manipulait les éléments.

jour_soleil_disparu3

 

Je termine l'article d'aujourd'hui avec Ouvre-moi ta porte de Michaël Escoffier et Mathieu Maudet (éditions Ecole des loisirs)

couverture

L'histoire se passe pendant la nuit, l'album est donc dans une tonalité de gris et noir, et de blanc pour l'intérieur d'une maison éclairée. Nous trouvions donc qu'il s'adapterait parfaitement au théâtre d'ombres puisque l'album montrait déjà la silhouette des personnages.

Et l'histoire ? Un lapin est tranquillement installé chez lui lorsqu'un cerf, effrayé, vient frapper à sa porte en le suppliant de lui ouvrir : un monstre le poursuit ! Un système de rabat permet de découvrir l'intérieur de la maison du lapin :

 

ouvre-moi-ta-porte1

ouvre-moi-ta-porte2

Quelques minutes plus tard, c'est le loup qui frappe à la porte. On pense alors comprendre ce qui a tant effrayé le cerf... mais le loup les supplie de leur ouvrir, se disant lui aussi poursuivi par un monstre ! Le lapin et le cerf refusent de se laisser berner...

 

ouvre-moi-ta-porte3

Après un jeu de chassé-croisé dans et hors de la maison (le loup entre par la cheminée, le cerf et le lapin sortent de la maison, jusqu'à ce qu'ils entendent un bruit et décident d'entrer à nouveau. Mais la porte est fermée et le loup refusent d'ouvrir, c'est trop dangereux ! Ils passent donc eux aussi par la cheminée...), on découvre ce qui a tant effrayé tous ces animaux... Le monstre n'était que 2 cerf-volants tenus par des enfants ! 

ouvre-moi-ta-porte4

J'utilise le logiciel Powerpoint pour projeter les images, je vous avais déjà montré notre installation, l'envers du décor, dans mes précédents articles. Ce logiciel me permet d'intégrer de la musique pour rythmer notre spectacle entre deux histoires, et de faire bouger des éléments (de les animer, pour utiliser le terme exact). Sur cette diapo finale, les cerf-volants traversent toute l'image, et nous faisions avancer les marionnettes ombres chinoises des 2 enfants au même rythme.

 

Je m'arrête là pour aujourd'hui, mais il me reste quelques histoires à vous présenter. J'ose à peine vous dire que je fais ça "bientôt"... !!!